New Super Mario Bros. Wii

New Super Mario Bros. Wii

boxart

En 2005, presque quatorze ans après le dernier épisode de la série, Nintendo sortait un nouveau Super Mario Bros. au parfum de scandale. Comment, vous n'aviez senti aucune effluve ? Eh bien, je vous le dis sans ironie aucune : je vous envie.

Super Dinosaur in Mario Land

Car il n'est pas donné à tout le monde d'apprécier New Super Mario Bros. Wii à sa juste valeur. Le même problème se pose pour son prédécesseur, et pour cause : NSMBWii est NSMB. Oh certes, les niveaux sont différents, et il y a un mode multijoueur en coopératif, mais au premier examen du mode solo, c'est vraiment tout comme NSMB, à peine plus, à peine moins.

On retrouve exactement les mêmes thèmes visuels, des poncifs du genre certes, mais traités quasiment kif-kif, avec des backgrounds et autres modules identiques à la DS. Les gimmicks de gameplay sont directement recyclés de la DS, surtout dans les donjons. Les musiques, pour l'essentiel, c'est tout pareil. Les nouveaux items ? Ne vous y trompez pas : la fleur de glace est une alternative plus balèze que la fleur de feu, le pingouin tout mimi est un mix entre la fleur de feu et la carapace de Koopa sur DS (elle était moche celle-là). Seule la casquette à hélices apporte quelque chose de nouveau : elle permet de cheater comme un porc en traçant dans tous les niveaux sans trop se faire chier... tiens, comme le super champi de NSMB, en fait même cheater n'est pas une nouveauté. Les maps sont à peine plus audacieuses : certaines incluent des mécaniques qui n'étaient pas sur DS, assignées chacune à un stage bien précis pour que ça se voie bien, mais bizarremement, j'ai oublié ces petits plus aussitôt après y avoir goûté. Tout cela fait penser à l'affaire Animal Crossing : Wild World de l'an dernier, à croire qu'Iwata ne déconnait pas quand il disait (après deux ans à marteler plus ou moins le contraire) que Nintendo n'avait fait aucun effort en matière de gros jeux [1]. Je vous rassure tout de suite cependant, le cas de NSMBWii est heureusement plus intéressant.

En effet, il ne faut pas oublier qu'à la base, NSMBWii et NSMB sont eux-même des pots-pourris des Mario précédents. C'est même un reproche récurrent adressé depuis 2005 : "c'est du réchauffé". Seulement, c'est du réchauffé d'au moins treize ans, une période de temps tellement longue s'agissant de jeu vidéo, qu'il serait plus approprié de dire de NSMB "c'est du fossilisé". Entretemps, Nintendo avait fait muter les derniers Mario au-delà du reconnaissable : la suite de Super Mario World est en fait Yoshi's Island, un jeu tellement différent de Mario qu'il a fallu reléguer le nom du plombier en sous-titre. La suite de Super Mario Land 2 est en fait Wario Land, un jeu tellement différent de Mario qu'il a fallu reléguer le nom du plombier en sous-titre. Parce qu'à l'époque, quand Nintendo devait faire une suite, il n'était pas question de bêtement recycler les assets du jeu précédent.

Or, avec le premier NSMB, Nintendo ressuscitait les archaïsmes des premiers Mario 2D dans un décor de reconstitution historique approximatif. Certes, c'était du réchauffé, mais pas pour tout le monde : en 2005, la proportion de gamers (j'ai pas dit casuals, bien que Nintendo les ait mentionnés à l'époque) n'ayant jamais joué à Mario était nettement plus importante que celle de 1992, comportant sans doute à l'époque des Segafans et une poignée d'amigaïstes-ataristes-machin truc furibonds. Vous imaginez le truc, c'est comme si on sortait Jurassic Park et qu'il y avait des spectateurs ayant connu les dinosaures, qui diraient qu'ils ont subi ça toute leur vie alors que ce connard de paléontologue s'en sort trop facilement. J'avais précisément connu les dinosaures Mario, comme beaucoup de mes semblables à l'époque mais pas comme pas mal de monde - les critiques, au hasard [2] - convaincu d'avoir en face de lui la résurrection de la série et de sa difficulté légendaire. Parce qu'en plus, ils ont trouvé NSMB dur alors que pour les Nboyz détraqués comme moi, il était clair que c'était le plus facile de tous les Mario 2D. Mais ma mémoire me trompait : j'étais trop jeune à l'époque. Les aplats de couleurs de NSMB3 m'enchantaient, le challenge de SMW (découvert pourtant beaucoup plus tard) me scotchait des heures à mon fauteuil. Ce qu'il s'est passé, c'est que je suis devenu un expert du Mario : c'était pas le jeu qu'était facile, c'était moi qu'était devenu trop bon.

Ceci accordé, que reste-il à dire de NSMBWii ? Qu'à l'instar de son prédécesseur, il m'a moins fait rêver que le sol rayé du monde 6 de Mario 3 ou le monde dans l'espace de Mario Land 2 ? Non, ça ce sont mes considérations de vieux fan de Mario et tout le monde s'en tape. Que le fait d'avoir atteint le monde 8 en un après-midi sans jamais utiliser le fameux Super Guide fait des promesses de Reggie [3] un tissu de mensonges ? Non, de toute évidence, je vais devoir vous sortir le même prétexte qu'avec Twilight Princess : j'peux pas vous le dire. À la rigueur, y'a ce mec [4] qui nous défend expressément de dire de NSMBWii qu'il est trop facile, mais peut-être est-ce un tour de son ego meurtri par un tel camouflet. C'est con pour lui si c'est le cas : la véritable ambition de NSMBWii, c'est de repenser la façon dont le joueur peut se faire aider. Et c'est là que tout s'éclaire : l'ambition de NSMB premier du nom, derrière sa mocheté et ses airs de déjà-joué, c'était bel et bien d'initier les casuals mais aussi la génération PlayStation et tous les autres au platformer 2D, genre quasi-disparu après avoir régné sur les consoles, un peu comme les dinosaures pour rester dans la métaphore. En 2009, NSMBWii renfile le constume d'époque pour faire découvrir au joueur frustré par NSMB (j'en ai connu quelques-uns, je me garderai de citer leurs noms) un assortiment de techniques pédagogiques, du Super Guide dont on vous cause depuis déjà un sacré bout de temps, aux vidéos "performances" qui rapellement le Smash Service de Smash Bros Brawl, en passant par le multijoueur coopératif dont c'est sans doute là la vraie vocation, et d'autres vous en parleront mieux que moi [5].

Ainsi, comme en 2005, mais de façon plus flagrante aujourd'hui, NSMB est ce qu'il reste du dinosaure Super Mario Bros. : un pastiche, un décor vintage qui dessert les plans (diaboliques ? you decide) de Nintendo. À l'époque de l'épisode DS, j'étais comme pas mal de monde assez remonté à l'idée de voir Mario devenir un véhicule casual, une sorte de caricature de lui-même. Mais Super Mario Galaxy m'a prouvé que j'avais tort : Nintendo réservait en fait l'évolution artistique de la série aux jeux en 3D. NSMBWii démontre de son côté que plutôt que de servir de mètre étalon à la plateforme, comme en 1992, il vise à devenir le maître spirituel du tutorial des années 2010. Autres temps, autres mœurs, autre marché surtout : parce NSMB, sans prendre le mondre risque avec la mémoire collective des Mario, est devenu un long-seller de compétition, NSMBWii n'ose rien de peur de dérouter. C'est pourquoi le mode solo du jeu n'inspirera rien de plus à ceux que NSMB DS avait laissé de marbre. Pour les autres, en plus de prendre votre pied avec le multi, je présume que la caquette à hélices ou le costume pingouin vous feront l'effet d'innovations super funs. Comme je disais plus haut : je vous envie sincèrement.

Hell Pé

C'est comme si on sortait Jurassic Park et qu'il y avait des spectateurs ayant connu les dinosaures, qui diraient qu'ils ont subi ça toute leur vie alors que ce connard de paléontologue s'en sort trop facilement.

capture d'écran En haut, au milieu ou en bas ? Un classique du Mario Bros. dans une mouture très simplifiée...

capture d'écran Les Koopa Kids sont plus sympas que Bowser Jr, mais sont aussi les boss les plus faciles de la série.

Le détail qui tue

Yoshi (qui ne sert quasiment à rien dans ce jeu, un simple clin d'œil à SMW) ne dit plus "Yoshi" ! En effet, les couinements adorables de Kazumi Totaka ont été remplacés par... les sons de l'époque Super Nintendo. Alors c'est cool, ça me rapelle Mario Kart 64 et tout, mais si j'apprends que ce changement est irréversible, je tue un chaton. Par heure. Jusqu'à ce qu'on m'écoute.

capture d'écran Les Ghost House, tout comme les bateaux volants, se sont raréfiés et sont beaucoup moins complexes.

capture d'écran Et même le traditionnel marathon du château de Bowser a été écourté. Seriez-vous passés à côté du "true final level" ?

annexes


sommaire

© 2009 - wii-tonic.net