Wii-Tonic

mardi, 3 janvier 2012

La seule liste sur tout l'internet des jeux Wii les plus attendus de 2012

En tout cas j’ai regardé vite fait la page 1 des résultats Google pour “most wanted wii games of 2012” et j’ai rien trouvé de tel, donc et jusqu’à preuve du contraire, cette liste est une Exclu Tonic !!! Vous allez aisément comprendre pourquoi, je vais meubler du mieux que je peux, mais ça va aller très vite :

3261-3-mario-game-toad-in-the-desert.jpg

  • The Last Story (Mistwalker/Nintendo, 24 février) : l’autre JRPG de la Wii qui, pour une raison invraisemblable, sera localisé en Europe sans passer par les States. Voyez-vous, non seulement je n’ai pas joué à Xenoblade Chronicles, mais en plus j’ai échoué à terminer Final Fantasy VI (comme le VII avant lui). Alors à moins que Wii Tonic ne se dégote un nouveau chroniqueur, vous n’en entendrez probablement jamais parler ici.
  • Mario Party 9 (Nd Cube/Nintendo, courant mars - le 11 aux US) : lui par contre, je pourrais éventuellement vous en parler. Je suis un grand amateur des Mario Party période N64 ; j’ai esquivé les épisodes GC et snobé le 8 sur lequel on avait lu le plus grand mal. J’ai essayé de me mettre à Wii Party (co-développé avec Nd Cube), mieux réputé, mais devinez quoi : je ne suis même pas parvenu à récupérer quatre Wiimotes. S’il y a peu d’espoir que ce neuvième (seigneur) épisode soit l’Ultime Version, j’ai toutefois plus de chances de me le procurer que, disons, The Last Story. Ou bien l’autre, là…
  • Pandora’s Tower (Ganbarion/Nintendo, un jour dans l’année soi-disant) : j’ai jugé un peu hâtivement ce jeu à son look convenu. Il semblerait qu’il ne s’agisse pas tout à fait d’un JRPG mais d’un action-RPG, un genre de jeu que je peux parvenir à terminer avec un peu de motivation. La mention de la transformation de l’héroïne (c’était bien une fille après tout) en un monstre hideux façon Akira a piqué ma curiosité. Pour des motifs insondables, ce jeu nippon aura donc droit à une sortie européenne sans version américaine, tandis que Project Zero 4, Reginleiv ou Captain Rainbow demeurent aux abonnés absents.
  • Beat the Beat : Rhythm Paradise (SPD Group n°1/Nintendo, un jour) : ce jeu s’annonce au moins aussi chouette que son prédécesseur sorti sur DS en 2009, lequel était une variante vaguement musicale de WarioWare par les mêmes développeurs. Par contre, ne vous attendez pas à un party game de la trempe des WarioWare de salon : ici, le mode multi n’est que pour deux.
  • Rodea the Sky Soldier (Propre/???, en fait ptet qu’il ne sortira jamais chez nous) : c’est le dernier Yuji Naka, et ce ne sera pas une collection de mini-jeux, ni un mini-jeu tout court. A priori on s’en tape, mais considérez ceci : et si ce jeu s’avère moins bien que Sonic Generations ? Ça ferait un bon troll pas vrai ? Et vous imaginez si Rodea s’avère moins bien que…
  • Sonic 4 épisode 2 (Dimps ?/Sega, qu’est-ce qu’ils ont bien pu foutre l’an dernier ?) : mais il y a peu de risques. En dépit de son succès commercial, Sonic 4 épisode 1 ne méritait pas son glorieux numéro - je vous en reparlerai ici après en avoir fini avec Skyward Sword. Il en faudra plus pour m’impressionner cette fois-ci, Sega.
  • La-Mulana (Nicalis, dans pas trop longtemps) : après Cave Story, voici un autre jeu gratuit sur PC refait, en soi-disant plus facile - l’original ferait passer Mega Man 9 pour un spin-off de Léa Passion. Et tout comme Cave Story, c’est à vous d’estimer si cette noble entreprise mérite vos sous. Ou alors vous pouvez attendre qu’ils le mettent dans un Humble Bundle, ahum.

Je voue prie de croire que c’est là tout ce qu’on aura. Je pourrais parler des jeux Wii U attendus au lancement de la machine (qui devrait également survenir cette année), mais devinez quoi, il n’y en a pas, ah ah. Enfin si, Darksiders II et Ninja Gaiden 3, mais bon, ils seront certainement sortis sur les autres consoles avant. Allez, bonne année messieurs-dames monsieur Alba !

…la nouvelle version ? Quelle nouvelle version ?

jeudi, 24 novembre 2011

Premières impressions confuses sur Zelda Skyward Sword

Je sais, ça doit vois faire une belle jambe de lire des “premières impressions” sur un jeu que tous les pros ont déjà testé, mais bon, si vous connaissez la maison, vous savez qu’on n’en est pas à un retard près. Et encore, je trouve qu’à une semaine d’écart, pour une fois, on ne s’en tire pas trop mal ; mais je m’égare.

zelda0

Tétanisé par la peur d’entendre la voix de Julien Chièze (ou qui que ce soit d’autre) me souffler son avis dans ma tête pendant que je joue, j’ai suivi la Voie du Fanboy et me suis interdit toute preview, review ou apparenté, ce qui devrait en théorie garantir l’authenticité de mon appréciation. À titre de comparaison (et attendez-vous à voir beaucoup de “titres de comparaison” dans cet article), j’avais lu tout ce qu’il était possible de lire sur Twilight Princess avant d’en rédiger la chronique amère que vous pouvez trouver ici. Et puis j’étais jeune, j’avais du temps libre et tout et tout… bref : dans le (très long) billet qui suit, je vais donc m’exprimer au conditionnel et abuser des “a priori” et “pour le moment, il semblerait que”, ignorant sincèrement tout ce qui m’attend au-delà de mes quinze heures de jeu. Ça fait tout de même deux donjons et le temps de trouver l’entrée du troisième, plus deux-trois petites quêtes annexes à côté et un peu de flânerie dans le village de Célesbourg, pas mal quand même non ?

zelda1

Commençons par les trucs de fans hautement subjectifs : le scénario, l’ambiance, tout ça. Vous le savez sans doute déjà, mais ce Zelda, préquelle de tous les autres Zelda sortis jusqu’alors - faut bien faire vendre le dernier bon jeu de la Wii - s’attaque à une question majeure de vexillologie hylienne que personne ne s’était posé jusqu’alors : l’origine du symbole d’oiseau qui figure sur le logo du jeu, et sur les armoiries de la monarchie qui vous fait trimer à l’œil pour défendre ses intérêts nébuleux depuis vingt-cinq ans. Au stade du jeu où je me trouve, aucune explication formelle n’est donnée, mais le fait que plein de types déguisés en Link multicolores se baladent sur d’immenses oiseaux ne laisse guère de doute à ce sujet. Voilà l’enjeu scénaristique ; comme toujours en jouant à un Zelda 3D, même en devinant les prémisses de l’histoire, j’ai la fâcheuse tendance d’espérer un revirement bigger than life, une grosse surprise qui m’apprendrait qu’en fait je n’ai exploré que 25% de la carte, ou qu’il existe un monde parallèle avec plein de quêtes différentes, ou qu’il y a dix donjons hardcore super bien cachés à débloquer… Foutez-vous de ma gueule si ça vous chante, mais les habitués me comprendront, et Twilight Princess s’était déjà rendu coupable de promettre plus qu’il n’en apportait, avec son grand overworld tout vide. J’y reviendrai au moment de parler gameplay.

zelda2

Le scénario nous promet donc des révélations épiques, tout un moins un développement un peu plus corsé que “vous êtes dans un joli village, votre copine se fait enlever, partez la sauver sinon c’est la fin du monde”… bien qu’il ne s’agisse pour l’instant que de cela. Pour autant, j’en suis bien plus satisfait que des débuts de TP, situés sensiblement dans la même veine. C’est simplement mieux fait, pour au moins une raison très simple : le jeu réhabilite l’humour dans ses dialogues, un humour moins coincé que TP qui se prenait beaucoup trop au sérieux, et même un peu plus subtil que Wind Waker. Le tout reste adressé aux enfants, bien entendu, mais voir Zelda et l’autre armoire à glace (ils ont tous des noms, mais je ne les connais pas encore très bien - là aussi, progrès par rapport aux passants à usage unique de TP) se chamailler est nettement plus satisfaisant que le vieux copain bizarre de l’intro de TP qui divague assis au bord de l’étang avec vous. D’ailleurs entre nous, dans TP il ne s’agissait pas tellement de “vous”, mais aussi du modèle 3D minaudant que la moitié des joueurs baptise Link : eh bien, là aussi, Nintendo a semble-il compris que les plans prolongés sur le visage du protagoniste muet cassent plus l’immersion qu’autre chose. Link est toujours expressif, mais il semble moins penser à la place du joueur. Ou, peut-être est-il plus en accord avec l’idée que je me fais du personnage, toujours-est il qu’en regardant les cinématiques, assez nombreuses il faut l’avouer, j’ai plus souvent souri bêtement (comme devant Wind Waker à l’époque) que fermé les yeux en anticipation du facepalm imminent (comme devant TP). Et rien que ça, c’est plutôt cool !

zelda3

Les autres aspects liés à l’ambiance, outre ceux que vous pouvez juger sur pièce en allant sur Youtube (trop top les graphismes, trop bath les musiques), sont directement liés au gameplay, et on touche là à l’indicible frisson du gamin qui découvre Ocarina of Time en 1999, au “truc” qui anime tous les fans de Zelda 3D en dépit des quolibets des vrais RPGistes, à ce que j’ai pu ressentir fugacement en prenant le large dans WW ou en sortant de la forêt dans TP. On peut approximativement définir ce sentiment confus comme “la sensation de liberté”, bien que l’appellation est probablement abusive. Peut-être est-ce simplement l’idée qu’on va débarquer dans un grand espace rempli d’énigmes à résoudre, d’ennemis à rosser et d’indices mystérieux qui renferment des niveaux cachés, avec encore plus d’énigmes, d’ennemis, et de belles choses à voir. Peut-être est-ce, finalement, une sensation facile à susciter ; il suffirait d’un grand champ s’étendant à perte de vue, d’une montagne ou d’un grand bâtiment au loin, et d’un cheval sous le fion pour dévorer tout ça l’esprit confiant.

Mais après avoir fini quelques Zelda 3D, on prend de la bouteille, et on distingue mieux les ficelles qui meuvent ce genre d’artifice, le quadrillage sur la carte, les couloirs entre le point de départ et celui d’arrivée (comprenez : entre le village et le donjon) ; et le mirage peut alors s’effondrer. Après la déception relative de TP et cinq ans d’une next-gen à laquelle Nintendo n’est toujours pas passé, ce mirage se serait-il détruit pour de bon dans mon petit cœur de fanboy ? Pour ce que Skyward Sword m’a donné à voir (et je l’avais un peu pressenti en essayant vite fait les épisodes DS auparavant), il semblerait que Nintendo ne s’en préoccupe plus tellement. Lâché crûment : il n’y a plus d‘overworld dans Skyward Sword.

zelda4

Enfin si, il y en a un, mais franchement (et encore une fois, sous réserve d’une surprise qui a intérêt à être grosse), ce n’est qu’un océan à la Wind Waker qu’on aurait rétréci et vidé de quasiment toutes ses îles. Outre Célesbourg, qui est bien parti pour être l’unique village du jeu (en tout cas, j’y ai trouvé plus à faire que dans toutes les villes fantôme de TP réunies - cela dit ce n’est pas non plus le Bourg Clocher de Majora’s Mask), les autes îles flottantes sont en fait des récifs, à l’exception de trois-quatre lopins pouvant receler des mini-jeux ou des PNJ. Le truc, c’est que la quête principale démarre avec un trou “vert” dans les nuages, où se trouve le premier donjon et le couloir qui le précède, logiquement. Quand vous avez fini avec cette zone, un deuxième trou “rouge” s’ouvre, avec le deuxième donjon en-dessous… vous voyez le topo : le vrai overworld du jeu est en fait une série de zones étanches, sans interconnexion à l’heure actuelle - et s’il y en a, elles se borneront à des petits corridors. On peut arguer qu’en virant tout l’espace inutile de TP et même des autres Zelda 3D, on en arriverait également à une telle configuration ; néanmoins, ceux qui s’attendaient à une grande carte organique à la A Link to the Past (soyons fous) ne trouveront pas leur compte.

zelda5

À partir de là, je vais être plus évasif, sentant que ce que je vais aborder empiète sur la future chronique du jeu. Les phases pré-donjon, les fameux “couloirs” sus-évoqués, perdent en “sensation de liberté” ce qu’elles gagnent en densité : ces zones sont riches en éléments de décor, en petits ennemis et en PNJ (vous découvrirez à cette occasion de nouvelles races au look plutôt sympa). On y trouve même des murs fissurés, un grand classique de la série qui provoque toujours une satisfaction compulsive quand on les explose pour voir ce qui se cache derrière (même si c’est juste quelques rubis). Quand vous débarquez dedans, même si un semblant de tracé linéaire s’offre à vous, il vous faut tout de même, la plupart du temps, tâcher de comprendre par où passer, revenir sur vos pas, consulter la carte pour appréhender le terrain, voire même causer aux PNJ pour savoir quoi faire - alerte spoiler, en général ce sera partir faire une fetch quest à la recherche de trucs perdus. Ca peut paraître un peu chiant dit comme ça, mais en ce qui me concerne, ça m’a d’ores et déjà plus amusé que de déambuler en mode automatique de village en donjon dans les champs vides ou les couloirs mornes de TP (ce col de la montagne, c’était un peu nul quand même). En fait, je crois que ça fait vraiment longtemps que je n’avais pas eu à réflechir comme ça dans un Zelda.

Et de la même manière, ça faisait un sacré bail que je ne m’étais pas farci cinq Game Over d’affilée devant le premier boss du jeu ! Car la vie (qui se divise en demi-coeurs et non plus en quarts) descend vachement vite dans ce jeu, pas autant que dans les épisodes 2D mais pas mal quand même. Vous aurez deviné que le maniement de l’épée au MotionPlus en est la cause principale, mais je n’insisterai pas là-dessus pour le moment. Ce genre de difficulté est plutôt bienvenue au cours de cette première phase de jeu, car il faut bien l’admettre, les deux donjons que j’ai torchés étaient oubliables :tous petits, classiques et réchauffés (on reconnaît des éléments de décor de TP et WW à peine relookés), sans la moindre surprise pour le routard des Zelda, donc sans grand intérêt. C’est pour l’instant le point noir du jeu, que je soupçonne par ailleurs de compter moins de donjons que son prédécesseur ; j’espère donc que les choses deviendront plus palpitantes, et que les promesses de Nintendo de flouter la frontière entre les donjons et le reste du jeu trouveront une exécution concrète. Une dernière remarque avant le mot de la fin : là aussi, pour la première fois depuis longtemps, j’ai eu l’occasion de dépenser les centaines de rubis que le jeu distribue allègrement dans des achats judicieux, et partir avec une potion en poche est redevenu une chose à prévoir pour espérer survivre, même si le Game Over n’a pas l’air réellement pénalisant pour le moment.

zelda6

Pour clore ce baratin que vous avez eu le courage de lire en ent… que vous avez intelligemment sauté jusqu’à ce dernier paragraphe, voici un conseil à ceux qui préfèrent attendre Skyward Sword pour Noël : essayez Star Fox Adventures. Je sais, c’est n’importe quoi comme conseil à première vue, mais quitte à comparer la formule Zelda (quasi-immuable jusqu’alors) avec ses suiveurs, autant jeter un oeil à ce jeu certes raté sur pas mal de points, mais qui présente l’intérêt d’avoir tenté, comme Skyward Sword semble le faire à son tour dix ans plus tard, de rendre la formule plus condensée, avec des petites zones pré-donjon pleines de PNJ et de trucs à faire, et même (chose que SS n’a pas encore pour l’instant) des donjons à l’aspect plus organique qu’un simple assemblage de pièces cloisonnées. Je n’ai pas gardé un très bon souvenir de ces derniers, mais c’était il y a dix ans, et y rejouer aujourd’hui serait certainement instructif. Comptez pas sur moi en tout cas dans l’immédiat, j’ai ce Zelda à finir, et je vais un peu manquer de temps dans les jours à venir. D’ici là, Wii-Tonic en sera certainement revenu à son rythme de publication habituel.

mardi, 7 juin 2011

Alors, il était comment ce café ?

Un peu brûlant. Je vais vous résumer ça malgré les boutons sur ma langue, on en reparlera peut-être à froid.

Ainsi donc les rumeurs disaient vrai. Elles parlaient d'une nouvelle machine au niveau des PS360 et d'une nouvelle manette-écran, hybride entre le Classic Controller et un iPad ; c'est exactement ce que Nintendo a montré. Elles suggéraient une avalanche de portages pour se mettre à jour de la concurrence, et c'est ce à quoi on a assisté. Elles avaient anticipé l'absence de multi-touch, de disque dur et de Blu-Ray, et à en croire les premiers détails, c'est tout à fait ce qu'il va se passer. La Wii U correspond en tout point à ce que 01.net et ses suiveurs avaient teasé. Et quelques minutes avant la conférence, l'attente sur NeoGAF (et sans doute ailleurs) était extatique.

Alors pourquoi les fans crient-ils au "worst E3 ever" à l'issue de cette conférence qui a pourtant tout confirmé ou presque ? À cela, plusieurs raisons.

Tout d'abord, Nintendo, en se concentrant pendant la moitié de la conférence sur la 3DS, la console que les gens n'ont pas encore envie d'acheter (et encore moins depuis que la PlayStation Vita a été annoncée au même prix la veille), a montré à cette occasion un vieux visage grimaçant bien connu des détracteurs : non pas celui de Cammie Dunaway et sa cohorte de familles idéales qui ne veulent jouer qu'à Wii Fit, mais celui du vieux constructeur pour fanboys spécialiste du surgelé. Ainsi, on a vu défiler un énième Mario Kart, un énième Smash Bros., un Super Mario qui ressemblait furieusement à un énième Mario Galaxy, un énième remake (Lylat Wars), d'énièmes quasi-portages (Excite Bike - merci, on était déjà au courant -, Zelda GB), et une suite à l'utilité douteuse d'un jeu sympa mais sans plus, Luigi's Mansion 2. Seul ce dernier était une vraie surprise, tous les titres précédents avaient été annoncés plus tôt. Dans la foulée, on avait Kid Icarus comme unique jeu original, mais les trentes secondes aperçues ne laissaient rien entrevoir de fondamentalement original : un shooter nerveux certes, mais au décor "God of War pour enfants" et au voice acting apparemment très présent, ce qui n'est pas une bonne chose dans un jeu Nintendo depuis Metroid Other M. La rédemption aurait pu venir de Zelda Skyward Sword, un jeu plein de promesses de remaniement de gameplay ; las, trente secondes seulement seront dévoilées au tout début de la conférence, et la Wii ne sera plus jamais mentionnée par la suite.

Ensuite, et c'est probablement là le plus gros souci, les défauts de la Wii U elle-même sont apparus nettement au cours de cette conférence qui n'a pas su les contrecarrer avec de meilleures annonces. Les rumeurs disaient vrai : la Wii U est bel et bien... une PS360. Tout ça pour ça ? Cette console existe depuis déjà six ans. À part gérer les Wiimotes et une tablette fournie par défaut, la machine se positionne exactement là où se trouvent ses concurrentes, munies du Kinect, du Move et dans le cas de Sony, d'une PSVita aux capacités qui pourraient presque émuler celles de la fameuse tablette, à ceci près que la Vita est une vraie portable, elle. Vu d'ici, la manette "innovante" de Nintendo n'a l'air d'être qu'un accessoire de plus, tout juste bon à afficher une balle de golf par terre (qui veut rejouer à Wii Sports ?) où à faire vider les porte-monnaies des pauvres hères qui voudront jouer à Mario Party 10, le 9 semblant être annoncé sur Wii par ailleurs à l'heure où je rédige ce billet.

Cette mauvaise impression qu'à suscité la Wii U aurait pu être évitée très simplement : par des jeux Nintendo, la seule véritable raison pour laquelle nous achetons Nintendo. Et à cette conférence, il n'y en avait pas. À la place, on nous a annoncé un enième Smash Bros. (oui, avec celui de la 3DS ça fait deux), une démo non jouable digne des premières annonces de la GameCube et une scène de Zelda Twilight Princess en HD (qui veut rejouer à Twilight Princess ?). Nintendo a sans doute cru la masse de fans qui voulaient les voir suivre le mouvement, rentrer dans le moule et laisser les tiers faire le boulot. Mais auraient-ils pu anticiper que cette vision ne serait pas aussi agréable aux yeux des gamers qu'ils ne l'auraient cru ? Les premiers retours sont éloquents, mais ils ne sont que les premiers retours, et ordinairement, Nintendo garde une partie de ses annonces sous le pied pour les distiller à travers son site officiel tout au long de l'E3. Il n'empêche, pour un changement de génération attendu depuis 2006, Nintendo n'est pas parti sur un bon pied. Et il ne faut pas que Nintendo ne devienne que l'ombre de ses voisins ; ils l'ont déjà fait par le passé et cela ne leur a pas réussi.

P.S. : La bonne nouvelle c'est qu'on n'aura pas à changer de nom, en fin de compte. À ce propos, on prépare un nouveau design pour le site, vous nous en direz des nouvelles

vendredi, 13 mai 2011

Ubi a tout compris au projet Café

Ils font faire des portages de PS360 ! Comme ça, si vous ne pouviez plus supporter de ne pas pouvoir jouer à Prince of Persia (5 euros sur PC l'autre jour à l'affnaque), à un Tom Clancy ou à Assassin's Creed 2, soyez-en réjouis ! Enfin, vous pourrez jouer à ces chefs d'œuvre trois ans après tout le monde. Voire quatre ; d'ici 2012, ça va prendre du temps. Et bien entendu, si les concurrents décident de sortir leurs propres machines dans l'intervalle, ce sera 2006 all over again. Merci de soutenir les Nintendo, m'sieur Guillemot !

jeudi, 5 mai 2011

Mais toujours du bon côté !

Les derniers propos de Reggie dissipent tous les doutes restants sur l'inévitable retournement de veste dont va nous gratifier Nintendo en juin prochain à l'E3 : Quand nous lancerons notre nouvelle console courant 2012, nous pensons que l'acheteur aura l'air très différent que celui qui va acheter une Wii dès maintenant. C'est donc quasi-certain. Nintendo veut nous faire du HARDCORE. Alors chiche, soyons HARDCORE nous aussi ! Et plutôt que de causer GTA ou Kalof, on va être raffinés et parler d'un développeur qui n'a jamais rien sorti sur les Nintendo, et surtout de son dernier jeu en date : Portal 2. Ben ouais, il fallait bien que je me soulage après Other M !

Puisque tout le monde a dit du bien sur ce jeu, intéressons-nous à ceux qui en ont dit du mal. Il y en a eu ! Gamekult a essayé mais s'y est pris n'importe comment. Yahtzee, dont vous savez que je suis assez fan, s'en est mieux tiré (plus expéditif, mais marrant comme à son habitude). Et puis y'a cet article de trois pages dans Ars Technica qui approfondit un peu les choses, et après je me suis arrêté là parce que j'avais trouvé ce que je cherchais : des reproches au jeu que je pouvais comprendre, avant de juger qu'ils ne sont pas si graves que cela, que le journaliste les a trop exagérés et que du coup c'est moi qui ai incontestablement raison. À mon humble (mais supérieur comme je viens de le démontrer) avis, Portal 2 c'est le Terminator 2 du jeu vidéo. Un titre différent de son prédécesseur parce qu'il ne pouvait faire autrement, sans doute plus accessible aussi, mais avec plus de budget, plus d'action, de développement scénaristique, et l'esprit de l'original qui demeure cependant présent. Bref, c'est tout simplement plus de fun !

Portal 1 garde la palme du huis-clos aussi hilarant qu'inquiétant, du scénario le plus simple et le plus efficace, avec cette narration qui a surpris tout le monde à l'époque et qui, j'en doute pas une seconde, surprend encore ceux qui n'y avaient toujours pas joué. Mais Portal 2 ne pouvait nous refaire le coup du face-à-face entre le joueur et la Voix, il ne pouvait nous narguer à nouveau avec ses vitres dépolies derrière lesquelles nulle âme qui vive, ses scribouillages posthumes, ses manifestations de démence humaine là où il n'y a plus d'humains. Valve a donc bien compris qu'il fallait s'aventurer sur d'autres terrains narratifs, et franchement, irions-nous prétendre qu'ils auraient pu faire mieux ? Portal 2 fait déjà mieux que tout ce que j'ai pu essayer parmi les sorties de 2011.

alésia glidewell

Pardon, vous dites, les puzzles ? Moins bien, trop faciles ? Bah euh, je m'attendais pas à du Roberta Williams non plus, hein. Et puis d'abord, ce ne serait pas parce que parce que vous avez joué à Portal 1 avant et que ça vous a aguerri que vous dites ça (je sais, je sors ce prétexte tout le temps) ? Yahtzee nous dit que les "vrais" puzzles sont dans le mode co-op. Mais j'ai qu'un pauvre PC moi, d'ailleurs je ne joue même pas sur mon propre PC, or je veux jouer avec un pote dans la même pièce ! Voilà, à la rigueur, une utilité à une console HARDCORE de chez Nintendo : sortez donc Portal 2 dessus, avec ses fameux DLC gratos !

Quoique, allez savoir. Valve est quasiment un constructeur virtuel maintenant. J'ai été obligé de télécharger leur console gratuite pour pouvoir jouer à leurs exclus. Ils n'ont plus qu'à mettre leur gros DRM dans une machine dédiée, avec l'interface adéquate, et le tour est joué. De là à faire de ce site Steam-Tonic, il y a un pas que je ne franchirai pas de sitôt : j'ai toujours un gros Yoshi en plastique perché au-dessus de mon écran. Et celui-là, il n'est pas prêt de devenir HARDCORE !

Ah oui, j'oubliais : spoiler alerte ?! Mais là je pense qu'il y a prescription. Si vous n'avez pas encore joué à Portal 2, c'est que vous devez upgrader votre PC (et utiliser des pilotes proprios : mais hey, c'est un jeu vidéo !).

Post-écriteume : une recherche Google plus tard, je m'aperçois que ma subtile comparaison a été reprise par un site de jeux vidéo réputé.

samedi, 23 avril 2011

Le projet quoi ?

Café. Le projet Café, en français dans le texte, et bien entendu c'est pas officiel, oh que non. Tout comme ces descriptions hallucinées et ces toshops racoleurs, absolument rien d'officiel, si ça se trouve c'est du vent, comme l'EyeToy de la N64, le Vitality Sensor ou la "troisième portable" qui était censée sortir avec l'"Oxygen" et la "Nitro" (la Nintendo CO2 ?). Pour autant, il y a largement de quoi faire un blog, histoire de comparer tout ce cirque à la réalité. Ah, et comme je vous le disais, Sean Malstrom a adoré.

...je découvre avec horreur que cette caméra-bidule EyeToy/Kinectesque, devant être conçue par Mistubishi, n'est quasiment pas documentée sur l'interweb visible par Google, excepté dans quelques posts de fanboys dans les discussions "guerre des consoles". Je dois retrouver le vieux Joypad qui en parlait ! Pour la postérité ! Et notre taux de visites ! EDIT : ah ben, il est documenté en fait. Mais Wikipédia l'ignore ! Il me faut plus de sources notables !

jeudi, 14 avril 2011

Finir en mocheté

Le 29 mars dernier, UK:RESISTANCE arrêtait officiellement ses activités. Officieusement, comme le mentionne ironiquement le message, le blog du Segafan taré qu'on est tous un petit peu au fond de son cœur (à côté du N64 Boy de youtube) n'était déjà plus que l'ombre de lui-même depuis l'avènement de la septième génération de consoles, ou plus précisément, ce que j'aime appeler "l'ère de Kalof" (les nanalystes tablaient sur l'"ère de Guitaréro" et ils se sont bien plantés). Mais pourquoi UK:R ferme maintenant alors qu'ils ont sans doute posté dix fois plus de billets que nous depuis qu'on est ouvert ? Et surtout, comment se fait-ils qu'ils n'ont pas survécu à la Wii ?

Contre (presque) toute attente, on a encore offert beaucoup de Wii à Noël cette année ; avec pas mal de NSMB et de Just Dance. Tenez, si on testait Just Dance, ça serait trop frais non ? Ahum ouais bref, en dépit de ces machines à cash qui doivent sans nul doute vous enchanter d'avoir fait confiance à Nintendo, le déclin de la machine et surtout de la vente de ses jeux est palpable dans les graphiques postés ci-dessus. 2010 fut une année pérave, au moins quantitativement, une année digne de la GameCube mais avec des long-sellers pour maintenir le succès populaire, comme sur DS. Et justement, la carrière de cette dernière ayant été récemment interrompue (à propos, j'ai testé Pilotwings Resort, il est pas mal mais il m'a surtout donné envie d'essayer la version N64), peut-être qu'après tout, contrairement à ce que prétend le bullshit rassurant de Reggie, les jours de la Wii sont bel et bien comptés.

Et je ne vous dis pas ça purement par hasard. Au-delà de l'expérience passée avec la N64 (encore que, y'avait Rare à l'époque) et la GameCube, qui nous a enseigné que Nintendo délaissait totalement ses consoles avant d'annoncer la relève, quelques indices ont fleuri ces derniers jours. Non seulement le catalogue des sorties de la Wii s'annonce lui aussi très morose, mais en plus, la valse des rumeurs vient de brusquement s'enclencher, partant de Gameinformer (le leader de la presse JV ricaine qui se la pète avec des couves négociées classes) en passant par IGN jusqu'au touïteure officiel de l'E3 mais qui vaut probablement pas un clou. Bien entendu, on entend à cette occasion le lot de sottises habituelles comme "ça va être dix fois plus puissant que la PS3", "ça aura un nom plus cool que Wii", et bien entendu, "Nintendo veut reconquérir le hardcore masculin majeur hétérosexuel de moins de 15 25 ans !", ce qui enchantera surement notre copain Sean Malstrom, le mec qui prédisait la révolution Wii Music.

Pour mémoire

Et pour ma part, cela ne m'enchante pas outre mesure. Nintendo n'a plus rien fait de ««hardcore»», notez les guillemets, depuis 1996 à quelques exceptions près pas franchement notables ; Eternal Darkness je veux bien, mais Geist, franchement ? sans parler des JRPG dont j'ai déjà causé l'autre jour. Et même si le flottement créatif après l'annonce foireuse du Vitality Sensor laissait penser un changement de stratégie de la part de Nintendo (je te l'avais bien dit Alba ! Hein, dis-leur que je te l'avais dit), je ne suis pas sûr de vouloir voir Big N faire un virage à 180° pour se retrouver avec un line-up d'insomniaques comme la 3DS en ce moment. Le plan ne peut raisonnablement se résumer à revenir au niveau de la concurrence, après que cette dernière s'y soit abaissée à Noël dernier avec le Move et le Kinect. Alors, c'est quoi le plan bon sang ?

Chacun ses canons : à nous Julien Chièze, à eux JF Copé... oh wait

Oh, et puis il y a cette histoire de baisse de prix de la Wii pour le mois de mai. Les nanalystes sont déjà sur le coup, je les laisse pavoiser sur le bien-fondé de cet acte marketing qui ne sent pas vraiment la pertinence. En discutant avec un pote de chez Ubisoft-donc-ça-veut-dire-qu'il-s'y-connait, celui-ci me laissait croire que la baisse de la GameCube à 99 € en 2003 (ou 2004 je sais plus) avait engendré un effet secondaire pervers, en suggérant aux clients qu'aucun nouveau jeu ne sortirait dessus, comme avec la Dreamcast auparavant. Au moins, si ça fait la même chose avec la Wii, cette fois-ci ce sera pour de vrai MDR !

Hors-sujet : je tiens à signaler à nos deux lecteurs et demi qu'ils sont des gens gâtés. Pour eux, je n'ai pas précommandé Portal 2 ! Oh non, je serais trop heureux de finir Metroid Other M avant. Tenez, et en relisant les archives, j'ai vu qu'on vous avait promis un test de Machinarium à la sortie, ah ah ah ! Comme c'est marrant, mais je me le suis pris avec l'Humble Bundle 2 (le 3 est dispo), alors ça aussi ça pourrait bien arriver un jour, qui sait ? Oh et au fait lâchez des coms merde, on est pas sûr que vous existez réellement.

mardi, 1 mars 2011

Moi j'oserais pas (avec Kad Merad)

Vivant heureux dans une cité de bouseux entourée de rien, je demeure sans cesse perplexe devant le succès relatif de ces "comédies dramatiques" dont raffole notre cinéma national, vous savez, celles avec des trentenaires vaguement sexy (mon collègue Alba vous dira pour Romain Duris, mais perso, je préférais Marina Foïs dans La Tour Montparnasse Infernale) qui s'adonnent gaiement au libertinage avant de se lamenter sur ses conséquences. Pourquoi je connais pas de trentenaires libertines, moi ? Ces gens-là, si tant est qu'ils existent réellement, m'inviteraient-ils à du bon gros libertinage de porc sur le nouveau jeu d'Ubisoft Milan (Montpellier fera sans doute le 2 en 3D), Petits Flirts Entre Amis (alias We Dare), dont la bande-annonce embarrasse tout l'internet des gamers depuis quelques jours ?



Et je fais quoi si c'est Marina Foïs qui m'invite ?

samedi, 29 janvier 2011

It's a trap !

La puberté, vous connaissez, c'est le moment où le sexe opposé (ou pas) commence à susciter chez vous des sentiments nouveaux. La puberté vidéoludique, c'est un peu la même chose, mais avec les JRPG et dans le sens inverse. Eh oui, c'est ce qu'on appelle... une simplification grossière.

Moi je dis que c'est un mec.

Mais c'est la métaphore qui m'est venue à l'esprit lorsque, tout comme jadis quand je me suis mis à apprécier la vision de Charmed pour des raisons que que je comprenais encore mal, j'ai ressenti aujourd’hui un frisson de répulsion en découvrant le site teaser de la toute nouvelle licence Nintendo : Pandora's Tower : Until I'm By Your Side Again (sic), avec sa voix gazouillante "nikikuko shikete onichan tentakkuru" et son héro... ïne ??? aux cheveux rosâtres et dos nu, sans parler de l'émo-piano et du non moins émo texte trouvé dans le fichier Flash.

Bon sang qu'il est loin, le temps où l'intro de FFVIII (oui oui, celle avec les plumes) me faisait rêver ainsi que tous mes camarades à l'école. Nous avions déjà parlé ici des errements soupçonneux de Nintendo sur des terrains qui ne lui ressemblent pas ; lisez les observations pertinentes des commentateurs de Kotaku, s'il fallait encore vous convaincre qu'on est toujours dans la même veine. Sauf s'il s'avère que ce n'est pas du tout un jeu Nintendo : it's a double trap !

Heureusement, pour nous autres, gamers matures qui avons su tourner la page des japonaiseries, il y a également la PSP2 un nouveau Kirby sur Wii ! Yeaah !

P.S. très important : pour Charmed, c'était à cause d'Alyssa Milano, hein. Chuis pas une tata comme Alba Giotto moi.

dimanche, 16 janvier 2011

...mais ils ont une jolie boîte.

Dans un article que je refuse d'exhumer (et n'allez pas le faire vous même. Sérieusement, n'allez pas lire nos archives, franchement ça vaut pas le coup. J'assume mais quand même, c'est pour vous que je dis ça, après vous faites ce que vous voulez je m'en cogne. Mais en fait non puisque je prends la peine de vous prévenir. C'est à dire qu'à l'époque je faisais beaucoup trop de parenthèses), Alba Giotto faisait remarquer que le bandeau gris-blanc des jaquettes Wii a fâcheusement tendance à rendre les boxarts asymétriques. D'aucuns fanboys pourraient rétorquer qu'il en est ainsi sur l'essentiel des boîtes de jeux japonais Nintendo depuis la SNES ; je vous renvoie à Google pour vous livrer aux comparaisons fétichistes.

Néanmoins, en pauvre hère vexée de voir mon Orange Box sur l'étagère rendue totalement inopérante par les DRM de Steam, je trouve que les boîtes ci-après, en changeant un léger détail, s'avèrent nettement plus agréable à l'œil - et j'irais jusqu'à dire qu'on a là le meilleur format de boxart des consoles de cette génération :

The Last StoryMetroid Other M (carton)Wii Music (carton)

Et puis je vais vous dire. J'ai un défaut bien pire qu'être auteur sur un site de Wii. Je suis un bisounours, un assisté, un freetard autiste qui veut tout le temps se sentir supérieur : en bref, je suis libriste. Et dans mes rêves les plus fous, l'érotisme humide laisse place à des fantasmes d'une autre nature, des consoles interopérables comme des lecteurs DVD, où on parlerait des jeux sans s'écharper sur le constructeur, où les jaquettes seraient telles des affiches de films, des frontispices fabuleux qui scelleraient notre art chéri sans être balafrés de la marque d'un vendeur de silicium que l'Histoire oubliera de toute façon. Ouais, des PC quoi.

...mais comment je fais pour en brancher en péritel ?

mercredi, 5 janvier 2011

Les jeux Wii les plus attendus de 2011 ! (qui sortiront réellement)

Parce que c'est bien beau de jouer les hypocrites et de gonfler artificiellement sa liste pour attirer les clics des casuals "réhabilités", les "gentils" qui se sont rués ce Noël sur New Super Mario Bros. et Donkey Kong Country Returns au lieu d'échanger leur Wii contre un pack Kinect.

Prenez Destructoid par exemple (chez 1UP c'est pas mieux). Ils ne se sont pas fait chier pour inclure Last Story et Monado : genre y'en a qui veulent jouer à un JRPG (sur Wii en plus) en 2011. Ils ont aussi mis Project Zero - non, pas le 4 qui sortira jamais chez nous, mais un remake du 2 qui va encore moins sortir chez nous ! Et genre y'en a qui ont acheté Silent Hill Shattered Memories en 2010. Et puis mince quoi, The Conduit 2 ??? Pourquoi pas Project HAMMER tant qu'on y est ?

Puisque c'est comme ça, nous vous proposons une vraie liste des jeux les plus attendus de 2011. Dans le désordre total :

  • Kirby Au Fil de l'Aventure (Good-Feel/Nintendo, 25 mars) : ben ouais il est pas sorti chez nous. Par les développeurs du Wario Land 6 sorti en 2009. La plateforme 2D reste une valeur refuge sur Wii ; par contre, ça va être un jeu beaucoup plus facile que NSMBWii, qui l'était déjà pas mal.
  • You Don't Know Jack (Jellyvision/THQ, 8 février mais aux US) : c'est pas une exclu Wii du tout, mais si comme pas mal de monde vous avez acheté la machine pour jouer en multi, vous pourrez alors envisager de comparer les versions. Par contre, s'il n'y a pas de VF, je doute que ça en vaille vraiment la peine. Dans mes souvenirs, cela dit, ça enterrait carrément Scene It ainsi que les autre party-games pour puceaux des PS360 (Mario Party 2 est dispo sur console virtuelle au fait : ça c'est un jeu qui rend méchant).
  • Mario Sports Mix (Square Enix/Nintendo, 28 janvier) : probablement un bon jeu à boire pour les longues soirées d'hiver. Toutefois, restons méfiants : il s'agit de jeux Mario en équipe. Pour avoir essayé Mario Smash Football à l'époque, j'émets de sérieux doutes quant à la viabilité du concept. Et puis les vrais, les rock'n'roll de chez pur et dur, ils jouent au saut à la corde dans WarioWare sur GameCube, un jeu en équipe qui, combiné à la bière, devient un "attrape le dragon" redoutable. Parlant d'alcool, il me reste du Sauternes d'il y a quatre jours...
  • Le Sonic des 20 ans OMG OMG OMG (Dimps si ça se trouve/Sega, 2011 sinon ça fera pas vingt ans) : allez, exclu Wii les mecs, et cette fois-ci ça sera un putain de jeu culte comme Sonic 2, on y croit on y croit !
  • Sonic et Mario mais pas aux JO (Sega si ça se trouve/Nintendo, 2011) : allez, pas un jeu de sport les mecs, un vrai crossover avec un scénar fun et un vrai gameplay original, on y croit on y croit on y croit !
  • Sonic 4 Épisode 2 (Dimps à tous les coups/Sega, 2011 sinon c'est grave) : allez les mecs, ce coup-ci ils écouteront vraiment les critiques (sauf celle de Gameblog) et ils referont Sonic 1 plutôt que Sonic 2. On y croit on y croit les mecs !
  • Shenmue 3 (Yu Suzuki/Sega, Wii 2 launch title 11/11/11) : allez on y croit on y creuaaaaarghblraoul *vomit son sauternes*
  • Zelda Skyward Sword (SegaNintendo, en 2011 sinon on casse tout) : après Twilight Princess, qui est grosso modo à Ocarina of Time ce que Sonic 4 est à Sonic 2 (avec un peu de fanfiction dans le scénar pour faire bonne mesure), on espère que Nintendo ne nous promet pas du vent en annonçant rompre avec certaines traditions pesantes introduites il y a douze ans. Je dis qu'il faut rompre l'enchaînement overworld/donjons monotone ; changer ces derniers en brisant l'autre enchaînement monotone puzzle/item/petite clé ; faire un monde plus dense en quêtes, PNJ et lieux à visiter, quitte à le faire plus petit ; emmerder les fans qui réclament des bluettes chastes et des patronnes de bar lubriques, emmerder leurs potes qui veulent du plus dark-plus sombre, limiter les emprunts musicaux aux Zelda précédents, sauf si c'est Link's Awakening ; expliquer comment ça se fait que Link a déjà sa tunique verte Kokiri alors que ça se passe avant OoT qui jusque là donnait l'explication de l'origine de la tenue du Héros, une grande frite et un Ice Tea citron mais pas pèche avec ça et tant qu'à faire, fournir la Wiimote Plus ça fera pas de mal. Sinon je vous ai dit que je faisais un site dédié à la Wii ?
  • Tous les jeux de 2010 auquels vous n'avez pas joué. Oui messieurs dames. Vous faites les cadors avec Mario Galaxy 2 et Donkey Kong ? Si ça se trouve vous vous êtes même fait avoir et avez pris Other M. Mais avez-vous joué à Sin & Punishment 2 ? Fragile Dreams ? Tatsunoko vs. Capcom ? A Shadow's Tale ? Epic Mickey ? Just Dance 2 ? Cave Story même s'il est gratuit sur PC ? Monster Hunter Tri (moi oui) ? No More Heroes 2 (lui aussi) ? Et pourtant c'est pas faute de vous en avoir parlé cette année ! Bon ben puisque c'est comme ça, on en parlera en 2011, et de toute façon ça changera pas grand-chose vu qu'il n'y aura rien sur Wii pour les quatre mois à venir. Je vous donne rendez-vous après mes exams, je me ferai violence et ne jouerai pas à Minecraft pour vous consacrer du temps, et vous avez intérêt à passer nous lire parce que si ça se trouve en 2011, Nintendo va mourir ! Oui, encore !

P.S. : rien sur Wii pour les quatre mois à venir... sauf MDK2. Tiens donc ! Ma foi, si vous tenez tant que ça à y jouer, vous allez sur GOG.com et en plus ça marche sous Linusque.

lundi, 3 janvier 2011

Buvons un coup, buvons en deux à la santé …

Pirate Battle - GBA - annulé, poils aux pieds

Vous souvenez-vous d'Orbital Media ? Non, évidemment. Ils avaient à l'époque (2005) annoncé Pirate Battle, un Advance Wars in One Pieceland et publié l'année suivante un Halo in Metroidland du nom de Scurge : Hive (pas mauvais là où j'en suis rendu -40'-). Sur NeoGaf on dit du bien de leur Racing Gears Advance. Bref, on resta sans nouvelles de Pirate Battle jusqu'en janvier 2007 lorsqu'un gars d'Orbital annonça l'abandon de la GBA pour la DS ainsi qu'une autre console mystérieuse et trou noir. Aujourd'hui, le site du développeur n'existe plus et notre histoire s'achève ici.

Gejmbåj

Si Scott Pilgrim avait été un un vrai film de geek, il aurait eu Snorpung pour l'ouverture.

Gameboy Pocket demo

mardi, 2 novembre 2010

La roue tourne

Holy shit, ça dit plus "holy shit".

Alors, s'agit-il là de la punition divine infligée à Nintendo pour avoir préféré sortir Mario Galaxy 2 au lieu de Wii Music Plus cette année ? Ou bien doit-on attendre le Vitality Sensor pour revenir aux jours heureux du "it prints money" ?

mardi, 22 juin 2010

Original Indie Seal of Quality

NyxQuest (2010)

NyxQuest (2010)

Donkey Kong Country Returns (2010)

Donkey Kong Country Returns (2010)

Limbo

Limbo (2008)

Feist

Feist (2008)

Rayman Origins

Rayman Origins (2010)

NightSky

NightSky (2009)

ArmEggeddon.jpg

Projet ArmEggeddon, for the lulz (200x)

Patapon

Patapon (2007)

Insanely Twisted Shadow Planet

Insanely Twisted Shadow Planet (2007) d'après un court de 2004.

Little Wheel

Little Wheel (2009)

coma_2010.jpg

Coma(2009)

NB : Les dates indiquées correspondent aux premières captures diffusées.

samedi, 22 mai 2010

Eh Microsoft ! Rends-moi mon pognon !

Microsoft, l'une des plus grosses boites de développement informatique de la planète, si ce n'est la plus grosse, propose cette formidable infrastructure de jeu en réseau nommée XBOX Live. Et parce que c'est un système vachement bien foutu, si si, il offre la possibilité d'y souscrire par trois types d'abonnements : le mensuel, trimestriel et annuel. Évidemment, comme le fromage blanc ou le détergeant, c'est bien plus rentable d'en prendre par paquets d'une année, que de trente jours. D'ailleurs qui prendrais un abonnement de un mois ? Le joueur qui souhaite jouer quelques soirées avec ses potes et enregistrer sa progression (je pense à Halo 3) ou simplement essayer le service. Et là, deux options se posent à lui : soit, il y joue réellement de manière occasionnelle et reprendra à l'occasion un abonnement dit Gold, soit il prend un abonnement trimestriel ou annuel bien plus rentable, jamais un joueur régulier du XBOX Live ne prendra un abonnement mensuel renouvelable, sauf rares exceptions.

Pourtant Microsoft prend l'initiative de renouveler automatiquement votre contrat tout les mois, des fois que, tête en l'air j'oublie de le faire… hé mais ? Attends là ? Tu me prendrais pas pour un con toi dit ? Si vraiment je souhaitais renouveler pour trente jours mon abo, ça se fait en 5 min avec ma CB, puisque ta putain de formidable infrastructure le permet ! Sinon j'aurais pris à l'année ou carrément une carte pré-payée sur internet vu qu'on en trouve à moitié moins chers !

Enfin nous y voilà, il est temps de bloquer ce renouvellement, premier réflexe, retirer mes coordonnées bancaires, logique implacable contre toute forme de débit non autorisé : « Cette option de paiement ne peut pas être supprimée actuellement. » Ok. Microsoft m'interdit de supprimer mes références bancaires. Bravo, la CNIL, jamais entendu parlé les mecs ?

Ne nous emballons pas, ok Microsoft renouvelle sans préavis (un mail de rappel en fin contrat ça coûte quoi ?) mon abonnement pas du tout rentable, ce qu'il sait, ce que je sais. Ok, il m'interdit également de modifier mes informations bancaires. Bon, il doit bien y avoir un moyen de stopper le renouvellement, une option, c'est sûrement dans les compétences de la firme.

Renouvellement automatique XBOX Live

Comme le confirme Google, le renouvellement automatique du XBOX Live semble emmerder pas mal de monde, au détour d'un forum, un utilisateur précise qu'il existe une option pour y mettre fin. Pour cela il faut vous rendre à Mon Compte > Type d'abonnement et cliquer sur le lien… Quel lien ?

Renouvellement automatique XBOX Live

Visiblement ce n'est plus possible.

Donc résumons, si vous souhaitez jouer un mois au XBOX Live, il vous faudra passer par le SAV de Microsoft pour annuler votre contrat étant donné l'incapacité de l'entreprise à fournir une telle option sur son portail web, au pire, vous leur faites cadeaux de 7 euros hein : et un kebab-frites-soda pour le directeur commercial ! Ah et si à l'avenir vous en reprenez pour un mois, évidemment, comme l'atteste mon propre historique d'achats, c'est un nouveau coup de fil au SAV !

Renouvellement automatique XBOX Live

Des répercussions du R4 sur les ventes DS.

Dans une boutique spécialisée de province

«… ouai et donc tu le vis comment l'explosion des R4 ? — Au début je pensais que je n'allais plus vendre de jeux Nintendo DS, mais tout les joueurs qui ont acheté des R4 ont rapporté leur jeu, maintenant j'ai plus de 200 références, ça attire de nouveaux clients, j'ai jamais vendu autant de jeux DS. »

Bon ça c'est fait.

lundi, 1 février 2010

Acheter ces jeux pour ma Wii me poserait un problème : ils ont une tronche pas Nintendo

Il y a quelques jours à peine - notez notre réactivité alors que jusqu'ici on a rien branlé - ont été mis en ligne les mini-sites officiels de trois productions Nintendo qui, en plus de débouler en surnombre, on était habitués à un jeu par an LOL, tranchent un peu avec la production maison : The Last Story de Mistwalker (on dirait un JRPG à l'ancienne), Xenoblade alias le Monado de l'E3, par Monolith (qui après le fiasco de Disaster, semblent revenir... au JRPG à l'ancienne) et surtout Metroid : Other M de la Team Ninja (on dirait... oh putain j'ai peur là d'un coup). On sent comme un légère tendance chez Big N à se la jouer puberté, après Zangeki no Reginliev de Sandlot - mais si, vous savez, celui avec la boîte noire - et un Sin & Punishment 2 qui tarde encore à être localisé, j'ose pas évoquer Project Zero 4 parce que sinon y'en a qui vont se fâcher. C'est pas mal en fait, toutes ces productions maisons : fini, le prétexte de l'éditeur tiers fauché pour justifier l'absence de com' autour des jeux PS2 matures sur Wii qui se cassent la gueule. Décidément ça va chier en 2010.

lundi, 4 janvier 2010

… ainsi que SEGA

jeanquirit-jeanquipleure.png

Pour faire suite au précédant billet de Hell Pé, voici les derniers propos tenus par Constantine Hantzopoulos, directeur des studio chez SOA : That begets the question, you know, are we gonna do more mature* titles for the Wii and it's like ... probably not. traduction Les héros de Happy Meal sur la Wii, le reste sur 360 en total contraction avec les propos de Mikes Hayes à la mi-Août Of course on continue ! Putains les mecs 300 000 exemplaires pour The Conduit c'est le nirvana et Overkill s'arrache en Europe !! Sega Rules ! C'est Franck qui va être ravi d'avoir à rassurer les joueurs Wii. On essaye d'adapter le catalogue au public de la console disait-il y a un mois après cité successivement MadWorld, House of the Dead : Overkill et The Conduit.

* Par mature comprenez des jeux BimBamBooum et non pas adulte hein !

jeudi, 19 novembre 2009

Travis Touchdown va voir ailleurs si le gamer y est

En effet, No More Heroes arrive sur PS360, probablement sans détection de mouvements (quoiqu'on n'en sait encore pas grand chose). On savait que Suda 51 n'avait rien contre la HD ; on savait aussi que No More Heroes avait pourtant bien résisté à la malédiction du four Wii. Par contre, ce que l'on vient d'apprendre, c'est que 75% des jeux Wii de Marvelous (l'éditeur couillu de NMH entre autres) sortis cette année fiscale ont rapporté peau de zob. On verra bien si l'audace est mieux récompensée sur les plateformes d'en face.