Les derniers propos de Reggie dissipent tous les doutes restants sur l'inévitable retournement de veste dont va nous gratifier Nintendo en juin prochain à l'E3 : Quand nous lancerons notre nouvelle console courant 2012, nous pensons que l'acheteur aura l'air très différent que celui qui va acheter une Wii dès maintenant. C'est donc quasi-certain. Nintendo veut nous faire du HARDCORE. Alors chiche, soyons HARDCORE nous aussi ! Et plutôt que de causer GTA ou Kalof, on va être raffinés et parler d'un développeur qui n'a jamais rien sorti sur les Nintendo, et surtout de son dernier jeu en date : Portal 2. Ben ouais, il fallait bien que je me soulage après Other M !

Puisque tout le monde a dit du bien sur ce jeu, intéressons-nous à ceux qui en ont dit du mal. Il y en a eu ! Gamekult a essayé mais s'y est pris n'importe comment. Yahtzee, dont vous savez que je suis assez fan, s'en est mieux tiré (plus expéditif, mais marrant comme à son habitude). Et puis y'a cet article de trois pages dans Ars Technica qui approfondit un peu les choses, et après je me suis arrêté là parce que j'avais trouvé ce que je cherchais : des reproches au jeu que je pouvais comprendre, avant de juger qu'ils ne sont pas si graves que cela, que le journaliste les a trop exagérés et que du coup c'est moi qui ai incontestablement raison. À mon humble (mais supérieur comme je viens de le démontrer) avis, Portal 2 c'est le Terminator 2 du jeu vidéo. Un titre différent de son prédécesseur parce qu'il ne pouvait faire autrement, sans doute plus accessible aussi, mais avec plus de budget, plus d'action, de développement scénaristique, et l'esprit de l'original qui demeure cependant présent. Bref, c'est tout simplement plus de fun !

Portal 1 garde la palme du huis-clos aussi hilarant qu'inquiétant, du scénario le plus simple et le plus efficace, avec cette narration qui a surpris tout le monde à l'époque et qui, j'en doute pas une seconde, surprend encore ceux qui n'y avaient toujours pas joué. Mais Portal 2 ne pouvait nous refaire le coup du face-à-face entre le joueur et la Voix, il ne pouvait nous narguer à nouveau avec ses vitres dépolies derrière lesquelles nulle âme qui vive, ses scribouillages posthumes, ses manifestations de démence humaine là où il n'y a plus d'humains. Valve a donc bien compris qu'il fallait s'aventurer sur d'autres terrains narratifs, et franchement, irions-nous prétendre qu'ils auraient pu faire mieux ? Portal 2 fait déjà mieux que tout ce que j'ai pu essayer parmi les sorties de 2011.

alésia glidewell

Pardon, vous dites, les puzzles ? Moins bien, trop faciles ? Bah euh, je m'attendais pas à du Roberta Williams non plus, hein. Et puis d'abord, ce ne serait pas parce que parce que vous avez joué à Portal 1 avant et que ça vous a aguerri que vous dites ça (je sais, je sors ce prétexte tout le temps) ? Yahtzee nous dit que les "vrais" puzzles sont dans le mode co-op. Mais j'ai qu'un pauvre PC moi, d'ailleurs je ne joue même pas sur mon propre PC, or je veux jouer avec un pote dans la même pièce ! Voilà, à la rigueur, une utilité à une console HARDCORE de chez Nintendo : sortez donc Portal 2 dessus, avec ses fameux DLC gratos !

Quoique, allez savoir. Valve est quasiment un constructeur virtuel maintenant. J'ai été obligé de télécharger leur console gratuite pour pouvoir jouer à leurs exclus. Ils n'ont plus qu'à mettre leur gros DRM dans une machine dédiée, avec l'interface adéquate, et le tour est joué. De là à faire de ce site Steam-Tonic, il y a un pas que je ne franchirai pas de sitôt : j'ai toujours un gros Yoshi en plastique perché au-dessus de mon écran. Et celui-là, il n'est pas prêt de devenir HARDCORE !

Ah oui, j'oubliais : spoiler alerte ?! Mais là je pense qu'il y a prescription. Si vous n'avez pas encore joué à Portal 2, c'est que vous devez upgrader votre PC (et utiliser des pilotes proprios : mais hey, c'est un jeu vidéo !).

Post-écriteume : une recherche Google plus tard, je m'aperçois que ma subtile comparaison a été reprise par un site de jeux vidéo réputé.